Pause dej’ (partie 2)

Il y a un peu plus d’un an, je vous avais parlé de l’importance du petit déjeuner et d’à quel point il était nécessaire pour remettre son corps en marche. Aujourd’hui, je reviens avec cette série d’articles en passant au repas suivant, le déjeuner !

La pause déj’ porte bien son nom. On considère souvent le déjeuner comme une pause dans sa journée, notamment lorsqu’on travaille. Seulement voilà, cette pause est souvent bâclée pour un déjeuner pris sur le pouce, mangé trop rapidement voire passé à la trappe parce qu’on n’a pas – ne prend pas – le temps de manger correctement. Qu’on se le dise, travail ou pas, manger fait partie de nos besoins primaires alors éteindre son ordinateur pour au moins trente minutes, ça ne va tuer personne.

Malheureusement, on nous apprend à manger trop vite dès le plus jeune âge et c’est là que le bât blesse. Je parle évidemment de l’école et de sa fameuse cantine où déjà, les plus petits sont pressés comme des citrons pour finir leur assiette le plus rapidement possible. Bah oui, les autres groupes attendent ! Alors, je comprends tout à fait qu’on ne puisse pas faire entrer trois cents élèves dans une cantine et que cela demande de « l’or-ga-ni-sa-tion » (on ne doit pas avoir la même notion du mot « organiser » je crois) mais réunir tous les éléments pour qu’un repas soit à la fois mal mangé et mal digéré, non. Vous vous demandez d’où vous vient cette habitude de manger en dix minutes top chrono ? Ne cherchez pas plus loin, la voilà votre réponse.

Minute « le saviez-vous ? » qui fait bien : il faut au minimum vingt minutes à votre estomac pour qu’il se rende compte qu’il est plein. Ces vingt minutes servent également à votre cerveau qui allumera les signaux du rassasiement lorsque le message de votre estomac lui sera parvenu. Et bingo, c’est à ce moment-là que vous vous arrêtez de manger. Et cela vaut pour tous les repas ! Si vous mangez en dix minutes, votre corps et votre cerveau n’auront pas encore conscience de ce vous avez avalé et vous aurez donc encore cette « sensation » de faim (qui est fausse !). Et là ? Bah là, on se ressert. On le regrette généralement vingt minutes après (ding ! ding ! ding ! vous le voyez le signal là ?) car les signaux vous seront parvenu entre temps et au lieu d’être rassasié, vous vous sentirez trop plein.

Alors on fait quoi pour changer ça ?

tumblr_nj4qx2infr1sn35yuo1_500

  • On ferme les dossiers, on arrête de travailler et on se pose. Trente minutes, c’est le minimum pour une pause déjeuner correcte alors prévenez votre patron, sortez prendre l’air, asseyez-vous et mangez !
  • On pose sa fourchette entre chaque bouchée et surtout, on prend le temps de savourer ce qu’on mange. Manger n’est pas seulement remplir son estomac ; éveiller vos papilles et prenez conscience de ce vous avalez.
  • On mâche lentement jusqu’à réduire l’aliment en bouillie. Ca peut vous paraître enfantin comme conseil mais je vois pas mal de gens avaler tout rond ce qu’ils mettent dans la bouche. Or, c’est très mauvais pour votre estomac qui va devoir travailler doublement pour digérer le bol alimentaire ; cela signifie donc de la somnolence et une plus grande difficulté à se concentrer. C’est pas le but ! On a des dents, alors on s’en sert !
  • On se concentre sur son repas et on évite toute distraction. Manger est une activité à part entière ; si vous ne vous concentrez pas sur ce que vous avalez, vous n’allez pas en prendre conscience et allez certainement passé à côté des sensations de rassasiement. Alors on met son téléphone en silencieux, on coupe la télévision et on mange.
  • On arrête de manger lorsqu’on se sent rassasié. Ne terminez pas votre assiette sous prétexte qu’on vous a appris à ne pas gaspiller ; à part se donner des maux de ventre, vous n’y gagnerez rien. Votre estomac n’est pas une poubelle !

Et dans son assiette, qu’est-ce qu’on met ?

Meal prep

Misez sur une source de protéine animale ou végétale telle que deux œufs ou des fèves par exemple. Au niveau des céréales, on n’oublie pas que les complètes sont meilleures pour votre glycémie ; les céréales complètes vous éviteront les coups de barre et les envie de grignoter. Boulgour, blé complet, riz sauvage, pâtes complètes… Il y en a pour tous les goûts ! La dernière partie de votre assiette sera composée de légumes, qu’ils soient cuits ou crus, en salade ou simplement mélangé à votre source de céréales !

On préfère bien sûr préparer son repas du midi la veille au soir et ne pas succomber aux sandwiches ou salades industrielles ! C’est loin d’être une perte de temps ni un moment en plus à passer en cuisine ; c’est au contraire l’occasion de ne pas jeter les restes et d’ajouter ça ou là une composante manquante (il est rare qu’il en manque plus d’une me diriez-vous). Ne prenez pas cela comme une contrainte ; prendre soin de son corps est un plaisir de chaque jour et il faut apprendre à retrouver ce plaisir là où, de nos jours, tout ou presque nous arrive tout cuit dans la bouche ! Il faut voir le bon côté des choses. Préparer son repas du midi la veille, c’est du temps gagné pour manger tranquillement et avoir l’esprit détendu.

 

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter un bon appétit !

tumblr_nqvysxgw4r1sr39gto1_500

Publicités

Publié par

Laura, 20 ans. Curieuse de la vie, je m'intéresse à énormément de choses ! Ce blog sera plus particulièrement centré sur du lifestyle et la nutrition mais je cherche encore à développer mon idée vers d'autres centres d'intérêts. Je suis une jeune diplômée en diététique et briser les idées reçues, c'est mon dada !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s