Chères calories

 

Vous m’avez bien gâché la vie avant que je ne comprenne qu’il ne servait à rien de vous compter.

Ces calories, ces sacro-saintes calories. Celles qu’on s’évertue à compter, une par une, comme des grains de riz, comme des gouttes d’eau dans un vase qui ne doit pas déborder. Celles qui nous pourrissent l’existence quand notre malheureux quota est dépassé. Celles qui nous torturent l’esprit parce qu’on meurt d’envie de manger ce morceau gâteau mais que le chiffre, toujours le chiffre, nous en empêche. Comme le poids, les calories sont devenues une sorte de repère sacralisé parce qu’il est censé nous informer de ce dont notre corps à besoin. Mais ce sont que des nombres, tout comme je pourrais vous aligner 123 sans que ça ne veuille dire quelque chose.

Vous êtes étonnés ? Pourtant, c’est bien le cas. On ne peut tout bonnement pas que compter sur ces petites choses pour s’assurer de ne pas grossir et maintenir la silhouette qui nous plaît. Il n’est pas non plus aussi fiable qu’on veut nous le faire croire quand il s’agit de perdre du poids. Parce qu’une calorie n’en vaut pas une autre.

Mais en gros, une calorie, c’est quoi ?

La calorie est la quantité de chaleur nécessaire pour élever d’un degré centigrade la température d’un gramme d’eau. C’est une unité d’énergie. Selon les recommandations officielles de l’AFSSA, un homme ayant une activité physique moyenne aurait besoin de 2200 calories par jour, une femme dans les mêmes conditions de 1900 calories. Avec ceci, nous partons du principe qu’en ne dépassant pas ce quota par jour, nous maintenons un poids stable. En deçà, nous maigrissons. Au dessus, nous grossissons. Dans la logique, c’est la pure et simple vérité. En revanche, dire qu’en respectant ces apports, nous mangeons sainement et conservons de bonnes conditions physiques est totalement faux.

Je m’explique.

Lors d’un rééquilibrage alimentaire ayant pour objectif une perte de poids, il faut tous les composants nécessaires pour perdre de la masse grasse et non de la masse musculaire. En ne comptant que les calories, vous pourrez manger absolument ce que vous voulez tant que vous ne dépassez pas ce fameux quota – légèrement plus bas que celui du quotidien. Si vous souhaitez perdre du poids de cette manière, vous y arriverez, mais à quel prix ?

Un repas normalement constitué compte environ 500 calories. Ce que je veux vous faire comprendre, c’est que les calories seules n’informent aucunement sur les apports nutritionnels d’un aliment. Allons dans les extrêmes ; une assiette composée de 200 calories de frites n’aura pas la même influence sur votre corps que 200 calories de carottes. Attention, je ne parle pas de silhouette, ni de poids. Ici, il est question de nutriments.

Les frites vont vous amener de la matière grasse par apport d’oméga 6 (huile de tournesol), d’acides gras saturés, de glucides à index glycémique élevé, de sel, et très peu de fibres. Les vitamines ? Je me demande s’il en reste. A côté, les carottes sont bourrées de vitamines A, de provitamines A beta carotène, de vitamines C, B9 et E, apportent une quantité non négligeable de fibres bonnes pour la satiété et le transit, ont un index glycémique bas et des minéraux à foison.

Ce n’est pas pour autant qu’il faut arrêter de manger des frites. Simplement, il faut prendre conscience que pour la même quantité de calories, votre corps ne recevra pas les mêmes nutriments si importants à notre santé, au fonctionnement de nos organes et de notre système nerveux. Pour prendre ou perdre du poids, il est absolument nécessaire de se concentrer sur le maintient ou l’augmentation de la masse musculaire et sur un apport nutritionnel complet. En ne comptant que les calories, vous pouvez être certains que non seulement votre masse musculaire diminuera mais aussi que votre masse grasse ne bougera pas d’un poil… ou augmentera.

En dehors de la technicité d’un rééquilibrage alimentaire, il est pour moi très important de vous rappeler que compter les calories est un cercle vicieux et que personne n’est à l’abri de développer des troubles du comportement alimentaire. Ce processus de comptage est éprouvant pour le moral et psychologiquement, peut entraîner une obsession, des compensations sportives, des restrictions sévères et/ou de la boulimie. Et je trouve inadmissible d’infliger une telle épreuve au corps et au mental d’une personne.

S’il vous plaît, n’ayez pas l’obsession des chiffres. Prenez l’habitude simple d’avoir un légume dans votre assiette à chaque repas, de boire de l’eau régulièrement dans la journée et de marcher autant que vous le pouvez, plutôt que d’utiliser des transports autres que vos pieds. Vous êtes loin d’être définis par le nombre de calories que vous ingérez. Inutile de les compter !

Publicités

Publié par

Laura, 20 ans. Curieuse de la vie, je m'intéresse à énormément de choses ! Ce blog sera plus particulièrement centré sur du lifestyle et la nutrition mais je cherche encore à développer mon idée vers d'autres centres d'intérêts. Je suis une jeune diplômée en diététique et briser les idées reçues, c'est mon dada !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s