Les aliments et nous

La relation que l’on peut avoir avec les aliments est parfois compliquée. Souvent à base de « je t’aime, moi non plus », d’un amour inconditionnel ponctué de ruptures difficiles. Cela peut sembler poétique, dit comme ça.

Au fil du temps, on a appris à diaboliser ce qu’il y avait dans notre assiette. Les aliments sont devenus peu à peu source d’angoisse et les moments du repas, un calvaire. Notre conscient et subconscient ont de plus en plus tendance à prendre le dessus sur nos ressentis véritables, sur les messages que notre corps tente de nous envoyer. Finalement, on se laisse la plupart du temps succomber aux pressions sociales quand nos instincts primitifs devraient être les premiers sur la liste. Et on oublie.

On oublie le rôle principal des aliments, ce qu’ils sont et ce qu’ils nous apportent. On oublie qu’ils ne sont pas les étiquettes qu’on leur donne. On oublie que les légumes ne sont pas une punition, que les fruits ne sont pas ennuyants et que les gâteaux ne font pas grossir. On oublie que ces aliments sont remplis de vitamines, de minéraux, de fibres et de sources d’énergie : les protéines, les glucides et les lipides. Ça suffit de les réduire à du gras, du sucre ou de la bouffe pour lapin. Sans eux, on ne pourrait pas vaquer à nos occupations, on aurait du mal à se tenir debout et à être concentré sur des travaux demandant de l’attention. Pourtant, on l’oublie. Encore.

Il y a une étape dans notre vie où l’on se conditionne à penser de telle ou telle manière, à croire, à avoir peur et à souffrir, parfois. Mais les aliments ne devraient jamais avoir à nous terroriser comme ils le font aujourd’hui.

J’ai choisi mon métier pour réconcilier les personnes avec ces aliments. Et à me réconcilier moi-même avec eux, quelque part. J’ai choisi mon métier pour apprendre ou réapprendre aux gens que manger n’est pas mauvais. Que se faire plaisir n’est pas un drame. Que ces aliments, tous autant qu’ils sont, servent à nous nourrir, à nous faire du bien et à nous donner l’énergie nécessaire pour que notre organisme fonctionne de la meilleure façon qui soit.

Notre relation avec les aliments ne devrait pas se réduire à s’ils nous font grossir ou maigrir. Ils ne devraient pas être considérés comme une punition ou une récompense, simplement parce que la société nous conditionne aujourd’hui à se faire du mal inutilement. La nourriture est essentielle à notre vie, à notre bien-être et elle devrait seulement nous rendre heureux. Heureux de partager un repas, d’avoir cuisiner ces légumes, ces pâtes ou cette tarte, d’apprécier leur saveur et de se sentir nourri. Autant physiquement qu’émotionnellement, finalement.

La place qu’ont les aliments dans notre vie est trop importante pour qu’elle devienne ce boulet qu’on traîne au quotidien. Notre vision a évolué dans le mauvais sens, de part cette surabondance sans faille dans les supermarchés, ces transformations en tout genre qui font qu’on ne sait plus vraiment ce qu’on mange, et cette image saine que l’on se doit apparemment de donner chaque jour. Mais je trouve assez horrible cette idée de vivre constamment dans la culpabilité.

Mettre fin à ce sentiment coupable passe par l’écoute de soi. Savoir faire la différence entre une envie et un besoin sans pour autant s’interdire de se laisser tenter parfois. Ecouter son corps, c’est renouer avec ses sensations, comprendre la faim et la soif, savourer chaque bouchée en ayant conscience que vous vous faites du bien. Apprendre que cet aliment, ou celui-là, vous apporte des nutriments que votre corps saura mettre à profit. Ecouter son corps, c’est finalement prendre conscience que ce qu’il y a dans votre assiette n’est pas un problème mais ce dont vous avez besoin. Et quand le corps est en accord avec un esprit en paix, il y a des changements qui s’opèrent sans lutte. C’est là aussi que les aliments ne seront plus jamais des ennemis.

Publicités

Publié par

Laura, 20 ans. Curieuse de la vie, je m'intéresse à énormément de choses ! Ce blog sera plus particulièrement centré sur du lifestyle et la nutrition mais je cherche encore à développer mon idée vers d'autres centres d'intérêts. Je suis une jeune diplômée en diététique et briser les idées reçues, c'est mon dada !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s